Cycles Erratiques

La Gestalt appliquée à l’humain

Entreposé voluptueusement dans Pensées annexes


 

(tentative d’analogie pour pointer l’irrationnel dont fait preuve l’être humain lorsqu’on touche à son intégrité et à celle de ses croyances)

 

Il existe plusieurs principes Gestaltiques, la plupart sont drôles, certains triviaux et enfin quelques-uns sont chiants.

 

Les principes Gestaltiques peuvent se résumer de manières fort concise et intelligible :

 

« Le tout est supérieur à la somme de ses composants »

 

Un exemple : tout le monde s’accorde pour dire que la musique est composée de notes. Il existe différentes notes, on peut les agencer comme bon nous semble etc.

Néanmoins, lorsqu’on écoute l’ouverture de Tannhauser, les solos de Daron Malakian ou encore les dégradantes tentatives décibelo-anémiques des groupes abâtardis (je ne citerais pas Tokio Hotel…), force est de constater que, pour l’homme qui aime ça, le flux dégagé n’est pas réductible à un simple agencement de notes. Pourtant chaque note jouée à part ne dégage pas cela, c’est l’harmonie du tout que décrit la Gestalt.

La musique est supérieure à la somme des notes qui la compose.

 

Rares sont les gens en total désaccord avec cela. On peut en effet trouver cette évidence quelque peu imprécise (j’ai vulgarisé à l’extrême), mais on s’accorde en définitive à dire que pour nous, les humains, c’est cela la musique : quelque chose qui donne plus de sens que les notes mises bout à bout.

 

L’Humain s’est voulu « magique » depuis un bon moment. A tel point qu’il s’est affublé d’une âme pour s’expliquer à quel point il trouvait sa mécanique inconnue vraiment magnifique et bien rôdée (sous la parfaite férule du Grand Manitou).

Ce concept, confinant à la mégalomanie de masse, existe encore, même s’il a quelque peu évolué, parfois s’est même dissocié des religions.

Généralement il s’agit de restaurer le « sacré » de l’humain : de nos jours, les progrès en biologie et en sciences humaines et sociales continuent d’avancer, de chercher toujours, de trouver parfois…

 

Un œil naïf aura tôt fait de rire des chercheurs hérétiques qui « veulent réduire l’humain à l’amas de simples mécanismes ». Ce genre de connerie, que je pardonne parce que tout le monde a le droit d’être con quelques instants, je l’ai entendu et je continue de l’entendre même chez des gens cultivés ou décrits comme tels.

 

Outre le fait que les quidams oublient le vrai sens de la science, je veux montrer que ce n’est pas parce qu’on cherche à expliquer l’être humain qu’on le « réduit » ou qu’on le minimise.

Au bout du compte, lorsqu’on aura découvert les complexes méandres biologiques, élucidé les cycles hormonaux, inspecté les comportements selon les variables pertinentes, cartographié le cerveau, analysé ses très grandes capacités et annoté l’essentiel des constituants de nos compatriotes ; il n’en restera pas moins que l’humain ainsi décrit sera partial et donc incomplet : après toutes ces découvertes, les futurs chercheurs, comme ceux d’aujourd’hui, continueront de savoir que l’homme est bien supérieur aux éléments complexes qui le constituent, et que si cela est « sacré », alors ce n’est pas dans le sens religieux et qu’une hypothétique âme n’a pas à être invoquée.

 

De manière étrange, les tenants s’accordent davantage à dire que la Gestalt marche pour la musique, moins pour l’être humain…

Le doux biais des mécanismes impliquants



14:51 - 10/02/2008 - Les avis des lecteurs {3}

Ode à la colle

Entreposé voluptueusement dans les polésies


Ô petit pot plastique

Qui colle mes feuilles moches

Avec adhérence mythique

Geneviève peut garder son scotch

 

Toi qui ne pique pas les doigts

Qui accroche sans peine honteuse

Je te le redis avec joie

Je ne veux pas d’agrafeuse

 

A la place de s’emmerder

Avec des objets atones

Je peux sans honte le crier

Oui, à bas tous les trombones

 

Et puis il faut aussi dire

Qu’au Brésil, dans toutes les rues

Tu y provoques des délires

Je t’aime ma colle UHU



(pffff, marre d'écrire connerie sur connerie, j'vais finir par faire un recueil livrable si ça continue !)



19:51 - 21/01/2008 - Les avis des lecteurs {4}

Chercheur en cardiologie appliquée

Entreposé voluptueusement dans les polésies



(Bien, maintenant une tentative pour moi d'être mièvre deux secondes et d'écrire sur l'Amour)

Il n'est pas aisé d'être seul
Surtout pour moi, qui suis bavard
Et surtout avec ma gueule


Je devrais aller dans les bars


Les filles à la petite vertu
Ce serait un échec critique
Si je ne voulais que du cul

Alors oui, j'irais sur Meetic 


Mais j'suis nul en informatique
Donc, pour appâter la minette
Faudrait que j'aie plein de fric

Ou alors aller dans les fêtes 


Mais j'ai pas un rond, c'est notoire
Et en plus, moi, les party group
C'est lieu d'ennui et désespoir

Je fuis les gens et les troupes


Je déteste ces regroupements
Ça suinte le jus de quéquette
On y drague et on y ment

C'est pas bien mieux que les speed date


Il n'est pas aisé d'être seul
Surtout pour moi le misanthrope
A la tendance quelque peu veule


Et qui ne trompe que les fallopes

Mais sous le prétexte atavique
De l'envie de voir des marmots
Qui jouent et rient dans mon patio


Je vais devoir faire moins caustique
Et renoncer à tous mes maux

(mmmh, presque raté pour le gnian gnian, je n'y arrive tout simplement pas, tentative avortée dans l'oeuf m'est avis, on ne va pas contre sa nature... Pas sans motivation primordiale du moins...)



22:11 - 20/01/2008 - Les avis des lecteurs {0}

Note au benêt

Juste un petit billet pour faire du prosélytisme !

Pas mon genre, je sais.

Vous remarquerez (parce que j'attire votre attention dessus) que "Danthes" est entrée dans mes "amis".
Je ne la connais absolument pas, mais j'ai eu un bon coup de coeur pour certains de ses textes (un carambar et un poème débile à celui qui saura me dire lequel...), donc je fais passer le mot aux (trois ou quatre) bons lecteurs de ce bleug en les invitant à visiter le sien (lien dispo dans "les copains", là, juste à droite de l'écran).

Merki pour elle !

23:47 - 15/01/2008 - Les avis des lecteurs {5}

Page d'avant TOURNEZ LA PAGE
Mode de non emploi :
Ecritures basées sur l'essai et l'exercice, absurdes, ironiques et très souvent issues de l'aléatorisation idéative. Touchant à la SFF, mais aussi à des genres plus communs, tant que ça reste ironique...


Nous rapprochons-nous de notre mort? choisissez une case au hasard :
«  12 2018  »
LunMarMerJeuVenSamDim
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31 

Home sweet Home
Trombine avatarisée du script
machine à voyager dans le temps
Les billets des copains
Anice-Fiction
Tea & Science

les derniers jets
- Ode à DAC (ODADAC 1)
- Bancal
- Les cons
- Repos a posteriori
- AVRIL
- Ce qui me tape sur le système
- Clairvoyance discriminatoire
- La Confidence
- La Gestalt appliquée à l’humain

Les copains
- grossabots
- 17h27
- ben
- BizigDu
- Ludwig
- seve
- mwarf
- lupin
- lanternarius

Nombre de lecteurs :